Vous êtes ici : Accueil > Le coin des élèves > Les productions d’élèves > Quand Shéhérazade raconte le collège HD
Publié : 21 mars 2011
Format PDF Enregistrer au format PDF

Quand Shéhérazade raconte le collège HD

Dans le cadre d’une séquence sur les Mille et une Nuits, les élèves de 5e 2 ont imaginé un conte, en employant un maximum de mots d’origine arabe.

Schénérazade décida de raconter au sultan Les Milles et une histoires du collège Henri Dunant

« Jadis, au fin de la Normandie, se trouvait un extraordinaire collège, entre forêt et cité. Ses professeurs avaient chacun une originalité : Mme Aït-Aïssa arrivait le matin à dos de girafe .
M. Marie, suite à une drôle d’alchimie de Mme Heinnekein , était enfermé depuis le début du trimestre dans un alambique de la salle C5.

M. Blondeau qui se prenait pour un génie , tentait désespérément de libérer sa collègue par des potions alcoolisés ! Il mélangeait un peu d’épinards avec des pattes de cafard, des pétales de Jasmin et des cœurs d’artichaut … Sans succès. 

Un jour, Mme Bompart arriva avec desbabouches au caramel et une jupe parfumée au gingembre pour expliquer aux élèves de 5e 2 l’Hégire . Elle imita de sa belle voix le muezzin, celui qui fait l’appel à la prière du haut du minaret.

M. Vargas , pour ne pas être gêné par les bruits de sa collègue , avait bouché ses oreilles avec du coton . On croyait qu’il était devenuMaboul . En effet, on l’avait retrouvé assis en tailleur sur un matelas de clous, tel un fakir en méditation.

M. Mariette , surnommé l’amiral des maths, lança un défi à M. Lajoie : une partie d’échecs à la bougie .
Le perdant devrait aller faire un cours d’algèbre déguisé en momie, après être arrivé en fanfare, un balai dans la main.

Ce midi, à la cantine, Mme Delamare et Mme Martel qui sortaient du hammam ont fait un mauvais tour à Kader et Ourida : elles avaient mis de l’harissa en cachette dans le tajine aux abricots.

Mme Ploquin jouait de la guitare pendant que M. Lenormand lui jetait des oranges. Mme Rajkovic ne comprenait pas le charabia de M. Lejeune.

Un matin, M. Hochart et M. Stattner jouaient au catch mais le principal attrapa une matraque et donna un coup sur la nuque de son collègue. L’infirmière arriva pour soigner le blessé avec du camphre. Les élèves le félicitèrent en lui offrant un nénuphar géant.

Les élèves de la classe de 5e 2

Répondre à cet article

2 Messages