Vous êtes ici : Accueil > La vie du collège > PPMS 2018 : que faire en cas de tempête ?
Publié : 10 octobre
Format PDF Enregistrer au format PDF

PPMS 2018 : que faire en cas de tempête ?

Dans le cadre du développement de la culture du risque, le rectorat et les préfectures de l’Eure et de la Seine-Maritime organisent une nouvelle édition de la journée de mise en œuvre des plans particuliers de mise en sûreté (PPMS) qui se déroulera le lundi 15 octobre 2018 à 10h00 : que faire en cas de tempête ?

 Le scénario du PPMS

info document -  voir en grand cette image

La situation générale au matin du lundi 15 octobre 2018 est celle d’une situation orageuse engendrant une tempête et de fortes précipitations. D’après les prévisions météorologiques actuelles, d’autres chutes de pluie sont attendues : il est probable que le niveau d’eau continue de s’élever et atteigne des zones urbaines et industrielles. De fortes rafales de vent sont redoutées sur le littoral comme à l’intérieur des terres. Météo-France et le service de prévision des crues ont diffusé des bulletins de vigilance au niveau orange.

En dehors du réseau hydrographique, les eaux de pluie circulent par ruissellement. L’intensité de la pluie est supérieure à la capacité du sol à infiltrer l’eau qui se concentre et dévale les pentes pour provoquer des dommages dans des zones qui n’avaient jamais été affectées par une inondation.

Une vidéo sur la vigilance ROUGE (tempête) et le PPMS de https://www.iffo-rme.fr/support/films-danimation-sur-la-vigilance-meteorologique :

 Que faire en cas de tempête ou d’inondation ?

AVANT

– Consulter la carte de vigilance « météo » et connaître les comportements adaptés
– Fermer portes et volets
– Annuler les sorties en mer et arrêter les chantiers
– Rentrer les bêtes et le matériel
– Rentrer à l’intérieur les objets susceptibles d’être emportés ou mettre hors d’eau les meubles et objets précieux
– Sécuriser les réseaux de gaz ou d’électricité
– Gagner un abri en dur ou un point en hauteur
– S’informer des risques, des modes d’alerte et des consignes de sécurité en mairie

PENDANT

– Éviter de se déplacer à pied ou en voiture
– Ne pas aller chercher ses enfants à l’école
– Rester chez soi
– Écouter la radio et s’informer de l’évolution de la situation
– Ne pas encombrer les lignes téléphoniques afin qu’elles restent disponibles pour les secours
– Attendre les consignes des secours avant d’entreprendre une évacuation

- Une vidéo du gouvernement sur les inondations : https://www.gouvernement.fr/risques/tutos-risques#inondation

Une vidéo du gouvernement sur la foudre et l’orage : https://www.gouvernement.fr/risques/tutos-risques#foudreetorage

Un dessin animé du département des Alpes maritimes sur les inondations : Indiana Djeuns face aux inondations :

APRÈS

– Ne pas intervenir sur les toitures
– Ne pas toucher les fils tombés au sol
– Couper les branches et les arbres qui menacent de s’abattre
– Désinfecter à l’eau de javel
– Chauffer dès que possible
– Aérer les locaux
– Ne rétablir le courant électrique que si les installations électriques sont sèches.

 Qu’est-ce qu’une tempête ?

Une tempête correspond à l’évolution d’une perturbation atmosphérique, ou dépression, le long de laquelle sont confrontées deux masses d’air aux caractéristiques distinctes (température, teneur en eau).
De cette confrontation naissent notamment des vents pouvant être très violents. On parle de tempêtes lorsque les vents dépassent 89 km/h (soit 48 noeuds – degré 10 de l’échelle de Beaufort).

 Les principales tempêtes en France

Les tempêtes « classiques » des régions tempérées surviennent surtout au cours des mois d’automne et d’hiver, notamment en janvier et février. La France n’est pas épargnée
par les tempêtes.

En 1999, deux tempêtes (Lothar le 26 décembre, Martin les 27 et 28 décembre) ont marqué les esprits. Ces tempêtes ont entraîné la mort de 51 personnes. Trois millions de foyers ont été privés d’électricité pendant plusieurs jours. Au plus fort de la tempête, le réseau téléphonique a été coupé et le trafic ferroviaire interrompu.
La tempête Klaus en janvier 2009 est considérée comme la plus destructrice en France depuis les tempêtes de 1999. En France, 12 personnes ont perdu la vie suite. Des rafales de vent montant jusqu’à 216 km/h ont été enregistrées.
La tempête Eleanor en janvier 2018 a touché plus de 50 % du territoire normand avec des vents supérieurs à 100 km/h dans les terres et 120 km/h sur le littoral (Dieppe : 137 km/h). Les fortes rafales ont notamment occasionné de nombreux dégâts, des coupures d’électricité et des perturbations dans les transports. La conjonction de fortes vagues, d’une surcote importante et de coefficients de marée élevés
ont provoqué localement des débordements sur le littoral atlantique et les côtes de la Manche.

 Les conséquences des tempêtes

Compte tenu de la pluralité de leurs effets (vents, pluies, vagues) et de zones géographiques touchées souvent étendues, les conséquences des tempêtes sont fréquemment importantes, tant pour l’homme que pour ses activités ou pour son environnement.

- Les conséquences humaines peuvent être importantes  : décès, personnes blessées, mais aussi sans abris en nombre potentiellement conséquent. L’imprudence est, dans de nombreux cas, à l’origine des décès. Les autres causes sont notamment les impacts par des objets divers projetés par le vent, les chutes d’arbres, les noyades ou les étouffements dans les glissements de terrains.

- Les conséquences économiques : il s’agit des coûts et pertes (ou perturbations) d’activités résultant des destructions, des dommages et de l’interruption des trafics (routier, ferroviaire, aérien). Par ailleurs, les réseaux d’eau, de téléphone et d’électricité subissent à chaque tempête, à des degrés divers, des dommages à l’origine d’une paralysie temporaire de la vie économique. Le milieu agricole enregistre des pertes de revenus résultant des dommages au bétail, aux élevages et aux cultures.

- Les conséquences environnementales : On peut distinguer les effets directs des tempêtes (destruction de forêts due aux vents, dommages résultant des inondations, etc) et leurs effets indirects (pollution plus ou moins grave et étendue du littoral due à un naufrage, pollution à l’intérieur des terres dues aux dégâts sur les infrastructures de transport, etc.). Les tempêtes de décembre 1999, mai et décembre 2000 notamment, ont montré l’importance des ruissellements et des coulées boueuses sur l’ensemble du territoire, ainsi que la vulnérabilité des zones urbaines.

 L’inondation par ruissellement ou crue soudaine

Les situations orageuses entraînent souvent des tempêtes et de fortes précipitations. Celles-ci sont responsables d’inondations par ruissellement.

Il s’agit d’un phénomène localisé dans l’espace et dans le temps, lié généralement au développement spatio-temporel de cellules orageuses et à la pluie, survenant dans des parties de bassins versants, allant de faibles superficies de l’ordre de quelques dizaines de kilomètres carrés (30 à 40 km2), à des superficies plus importantes.
Il arrive que les bassins versants concernés n’aient jamais subi d’inondation connue, même modérée, et qu’ils soient subitement affectés par une inondation exceptionnelle. Cette situation accroît la vulnérabilité des habitants exposés, qui n’ont pas conscience du risque et n’y sont pas préparés.

Il y a une montée rapide des débits des cours d’eau. Le phénomène est d’autant plus important que les terrains sont imperméables, le tapis végétal faible, la pente forte et les précipitations violentes.

Les inondations en Normandie

En Normandie, en mai 2018, d’importantes pluies très localisées se sont abattues sur Auffay. En quelques minutes, des torrents d’eau et de boue ont dévalé les rues de la ville (jusqu’à 80 cm d’eau). En juin 2018, l’Eure est touché par des pluies diluviennes et l’Iton, en crue, déborde.

Comment s’informer des risques d’inondation ? Les alertes météo

Le phénomène pluviométrique à l’origine du ruissellement nécessite des moyens particuliers pour faire l’objet d’une prévision. À ce jour, seule une indication de vigilance peut être donnée par les services météorologiques au grand public et aux collectivités.

Source : https://education.francetv.fr/matiere/actualite/ce1/video/c-est-quoi-une-alerte-meteo-1-jour-1-question

 Pour aller plus loin

Une émission C’est Pas Sorcier sur les inondations  :

Une émission C’est Pas Sorcier sur les orages :

Post-scriptum

Source : région académique Normandie et préfecture de l’Eure et de la Seine-Maritime.