Vous êtes ici : Accueil > Les cours > Histoire-Géographie-EMC > La vie des paysans racontée par Robin.
Publié : 17 janvier 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

La vie des paysans racontée par Robin.

La vie d’un paysan est très dure car il ne vit que d’une chose, son travail.
Comme les paysans vivent sur des tenures, terres concédées par le seigneur, ils pratiquent l’agriculture pour se nourrir, eux et leur famille, mais en échange de taxes en argent, en nature (une partie des récoltes) ou en travail, les corvées.
Chaque mois, les paysans font des travaux différents : nettoyage des fossés en janvier jusqu’à l’abattage des porcs en décembre en passant par la tonte des moutons, la fenaison, les semailles etc.
Pour améliorer les récoltes, de nombreux outils apparaissent. Par exemple, le collier d’épaule pour les chevaux remplace le collier de cou qui les étranglait. De même, la charrue permet de mieux labourer la terre que l’araire grâce à ses parties métalliques et les herses qui sont des grilles en bois sont utilisées pour les semailles. Avant les paysans pratiquaient l’assolement biennal qui consistait à semer la moitié de ses terres et à laisser l’autre moitié en jachère. Puis, ils pratiquèrent plus tard l’assolement triennal qui consistait à semer des graines d’hiver comme le blé sur un tiers des terres, des graines de printemps comme l’avoine sur un autre tiers des terres et à laisser l’autre tiers en jachère.
Si on ne respectait pas la justice du seigneur, on pouvait être condamné au pilori ou l’on avait les mains et la tête coincées dans une planche de bois. Les deux agents du seigneur jouaient des rôles différents. Un des agents jouait d’un instrument pour avertir les paysans, quant à l’autre, il jetait des pierres sur le condamné.
Mais la vie d’un paysan n’est pas seulement constituée de travail, bien au contraire de nombreuses fêtes sont célébrées.
La maison d’un paysan est constituée principalement d’un soubassement en pierre, de mur de torchis avec branchage en bois, d’un toit de chaume, d’un grenier pour ranger la nourriture, d’un foyer central la seule source de lumière de la maison. Il y a une seule pièce où l’on vit et où l’on dort dans un lit commun, et parfois, une étable à côté avec des animaux (bœufs, porcs) pour réchauffer la maison grâce à la chaleur animale.
Comme la télé n’existait pas, le seul moyen de distraire les enfants était les histoires racontées par les parents lors des veillées et des petits jeux de bois.

Texte écrit par Robin, élève de 5e 2.