Vous êtes ici : Accueil > Les cours > Histoire-Géographie-EMC > Méthode pour réaliser une carte
Publié : 17 septembre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Méthode pour réaliser une carte

Méthode pour réaliser une carte

Travail de base :

  • Coloriez au crayon de couleurs les étendues d’eau en bleu : mers, océans, lacs…
  • Repassez au feutre bleu les cours d’eau
  • Repassez en pointillés au feutre rouge les frontières.

Une carte doit toujours comporter :

  • un TITRE (Choisis un titre précis donnant le sujet de la carte en t’aidant des différentes parties de la légende : quoi, où + quand pour une carte historique.) ;
  • une ORIENTATION (Indique par une flèche le Nord.) ;
  • une LÉGENDE organisée en plusieurs parties (Chaque indication sur la carte doit être reportée en légende.)
  • une ÉCHELLE c’est-à-dire le rapport entre une distance mesurée sur la carte et la distance correspondante mesurée sur le terrain. Elle est souvent représentée sous la forme d’une règle graduée.

Un code de couleur et de taille est à respecter pour les noms :

  • Tous les NOMS en rapport avec L’EAU sont à écrire en BLEU.
  • Le RESTE des noms (autres noms, légende, titre, orientation…) s’écrit en NOIR.
  • Il faut faire varier la taille des noms en fonction de l’importance de l’information :
  • Les noms des OCÉANS, CONTINENTS, PAYS, RÉGIONS s’écrivent en MAJUSCULE du + grand au + petit.
  • Les noms des Cours d’eau (fleuves, rivières), Villes s’écrivent en lettres Minuscules (avec une Majuscule au début car ce sont des noms propres).
  • Les noms sont écrits horizontalement sauf pour les cours d’eau et les chaînes de montagnes (on suit le cours d’eau ou l’orientation de la chaîne de montagne).

Le choix des figurés, de leur taille et de leur couleur doit être logique et facilement identifiable :

  • Un petit point pour une ville, un point plus gros pour une ville plus grosse et un carré plus gros pour une capitale.
  • Une croix pour une église, un croissant de lune pour une mosquée, une étoile de david pour une synagogue.
  • Une flèche pour un flux. Plus le flux est important, plus la flèche est grosse.
  • Un aplat de couleurs pour localiser un phénomène délimité sur la carte. NB : un aplat de couleurs est mis dans un rectangle noir fait à la règle dans la légende.
  • Du rouge pour un phénomène important (Ex : fortes densités de population).
  • Du jaune pour un phénomène de faible intensité (Ex : faibles densités de population).
  • Du vert foncé pour les forêts, du vert clair pour les champs, du jaune pour les déserts, du marron pour les montagnes…
  • Du bleu pour un phénomène marin (Ex : un trait bleu pour les routes maritimes).

Une carte doit être facilement lisible, il faut donc ne pas la surcharger et donc sélectionner les informations les plus importantes et les plus pertinentes.